Nos valeurs

Le mot du dirigeant : Paul-Etienne Davier

Aujourd'hui, le réchauffement climatique n'est plus une théorie, c'est un fait. La raréfaction des ressources, les crises alimentaires et économiques qui nous bouleversent sont des indicateurs interconnectés qui traduisent l'émergence de crises sans précédent dans un monde de plus en plus complexe. Toutes ces choses sont liées et travailler sur l'une d'entre elles revient invariablement à travailler sur les autres.


En particulier, l'un des enjeux majeurs qui caractérise le 21ème siècle est l'acceptation que les ressources énergétiques et naturelles de cette planète sont limitées, et que nous commençons à en voir les frontières. Il est donc urgent de travailler en premier lieu sur la diminution de nos besoins.


Avec plus de 40% des consommations énergétique en France, le secteur du bâtiment représente un formidable gisement d'économies et par la même occasion le premier levier d'action sur lequel nous pouvons jouer. D'autant plus que les solutions techniques existent pour réduire considérablement les consommations, voir les amener à zéro.


Le grenelle de l'environnement fixe un cap à l'horizon 2020 vers le « Bâtiment à énergie positive ». Ce cap reprend la directive européenne 2010-31-UE qui impose l'atteinte par tous les bâtiments d'un niveau de consommation quasi nul en énergie d'ici au 31/12/2020. En d'autres termes, d'ici la fin de la décennie, les bâtiments construits en France devront être comparables à des bâtiments de type passifs et deviendront producteurs d'énergie localement, ou raccordés à des réseaux intelligents basés sur une production d'énergie renouvelable (smart grids). 


Ces objectifs sont pourtant atteignables dès aujourd'hui. Pour ce faire, il est nécessaire de travailler en concertation entre architectes, ingénieurs et entreprises, et ce dès les tous premiers pas du projet. Les notions de compacité, d'orientation,  d'implantation du bâti dans son milieu, de matériaux à faible impact environnemental, de prise au soleil et au vent, et de disposition des espaces de vie prennent alors une importance particulière.
Bien sûr l'ensemble des autres variables environnementales (gestion de l'eau, confort visuel...), économiques (limitation des coûts, optimisation des surfaces, taux de rentabilité interne des solutions...) et architecturales (esthétisme, accessibilité, sécurité...) sont aussi à prendre en compte.


C'est dans ce contexte et en visant ces objectifs qu'AI Environnement a choisi de développer son expertise dans une logique de convergence d'intérêts entre les différentes parties prenantes.

Ce n'est qu'en visant un optimum de confort coût performance, atteignable par des démarches de conception intégrée que nous parviendrons à faire des bâtiments durables.

La généralisation des bâtiments à faible consommation d'énergie se heurte à un double problème de formation et de mentalité. L'Energie Positive ne pourra intégrer le bâtiment si elle n'intègre pas d'abord les hommes.